• Antonio De Donatis

Digital vs Impression

Mis à jour : 13 oct. 2020

L’impression n’échappe pas à digitalisation et à la transformation numérique. Ceci oblige les entreprises à leurs modèles de communication : digital ou impression ? Très souvent les deux ! Préparer des données pour le web, n’est pas la même chose que les préparer pour une impression papier ou grand format.

L’impression n’échappe pas à digitalisation et à la transformation numérique. Ceci oblige les entreprises à leurs modèles de communication : digital ou impression ? Très souvent les deux ! Préparer des données pour le web, n’est pas la même chose que les préparer pour une impression papier ou grand format.

C’est souvent-là que les choses se compliquent : quand nous parlons de numérique (site internet, réseaux sociaux, application, borne interactive), une résolution à 72dpi et suffisante et des images en RVB (rouge, vert, bleu) sont utilisées (tous les appareils photos numériques fournissent les photos en RVB). Mais du moment que nous devons préparer des fichiers pour l’imprimeur, les paramètre changent et ne sont pas négligeables. Premièrement les données doivent être en quadrichromie c’est-à-dire au format CMJN (Cyan, Magenta, Jaune, Noir) et avec la juste résolution pour l’impression, par exemple 300dpi pour les prospectus, catalogues, ect…, appelés aussi petit format.

Combien de fois on entend dire par les clients, «je prépares les fichiers». S’il y a des clients capables à préparer des fichiers en ordre et, prêt à l’impression comme l’on dit, il existe des polygraphes et/ou graphistes qui oublient le b.a.-ba, ou des webdesigners qui n’ont pas connaissance du domaine de l’impression. Beaucoup d’agences de communication, qui bien souvent les entreprises veulent éviter croyant économiser de l’argent, sont un point de repère capable qui ne coûte pas forcément plus cher comparé aux pertes de temps, en phase de prépresse ou de production pour obtenir le résultat souhaité par le client, et souvent ces temps sont difficilement re-facturable par l’imprimeur.

En imprimerie c’est la « quadri » qui prime ! L’impression en quadrichromie permet d’obtenir un noir plus intense : le rendu d’un document en CMJN et un noir soutenu restera constant d’une impression à l’autre (à quelques variations près en fonction de la qualité du support utilisé, de l’imprimante ou presse, et encore du type d’encres)


Comparé à l’affichage sur un écran, un fichier imprimé en RVB sera plus fade et les couleurs vives sont difficiles à reproduire tel quelle. Pour un même mode colorimétrique, les couleurs peuvent différer d’un écran à l’autre en fonction de leur calibrage. Les professionnels sont équipés d’écrans calibrés de façons à garantir que la couleur qui apparaît sur l’écran soit la plus fiable possible au résultat imprimé. La plupart des utilisateurs n’aura pas ce genre d’écran et il est donc important de comprendre qu’une différence entre ce que l’on voit à l’écran peut être différent du résultat final imprimé.

Le RVB a un spectre de couleurs plus vaste que le CMJN, certaines couleurs ne pourront pas être imprimées correctement si votre image d’origine est en RVB. Cela peut devenir problématique si votre client demande le respect strict des codes couleurs de sa charte graphique à moins d’utiliser des couleurs Pantone en impression offset.

Pour éviter les surprises, privilégiez donc la remise de documents numériques en CMJN à votre imprimeur. Mais là aussi, faire une simple conversion Photoshop de RVB à CMJN n’est pas tout. Primo car une fois faite la conversion celle-ci est irréversible, on ne peut pas revenir en arrière pour refaire une meilleure conversion. Idéalement serait de connaître le profil CMJN utiliser par l’imprimeur sur ses machines et faire directement une conversion avec le profil correct. Autrement un profil standard très fiable et souvent utilisé c’est le profil Fogra39.


Important Il est primordial que le fichier pour l’impression soit construit directement en CMJN et non en RVB si vous souhaitez un bon rendu des couleurs. Si vous envoyez un fichier en RVB à l’impression, la transformation du fichier en CMJN risque de détériorer les couleurs et de mauvaises surprises peuvent apparaître une fois que vous aurez votre support entre les mains.

6 vues0 commentaire